août 30
Après trois semaines de vacances, me voici donc de retour avec une rentrée très « Cannoise » dans les salles des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ». En effet pas moins de trois nouveaux films de la sélection officielle 2006 vous sont proposés dont deux primés. 

Le vent se lèveCommençons par la palme d’or 2006 remportée par Ken Loach avec « Le vent se lève », un film qui nous plonge dans l’Irlande des années 20 et sa tragédie humaine. A découvrir dans la superbe salle du Max Linder mais également au Balzac, à la Pagode, à l’Escurial, au Cinéma des Cinéastes et aux cinq Caumartin. Bref, vous n’avez que l’embarras du choix pour déguster ce qui s’annonce comme l’un des films majeurs de cette année 2006.

FlandresAutre film récompensé à Cannes en 2006, « Flandres » du réalisateur français Bruno Dumont. La presse est unanime, ce film a tout d’une oeuvre prête à marquer les esprits tant par son sujet que par son traitement. Contrairement à la Palme d’Or qui s’affiche dans six salles, ce Grand Prix du Jury est à découvrir dans un seul cinéma, mais pas des moindres puisqu’il s’agit du Cinéma des Cinéastes.

Selon CharlieToujours issu de la compétition du Festival Cannes 2006 mais n’ayant reçu aucun prix, « Selon Charlie » de Nicole Garcia vous invite à retrouver une distribution prometteuse qui semble être l’atout majeur de ce film dont la critique reste très partagée. Donc à vous de vous faire votre propre opinion en allant le découvrir à l’Arlequin, à la Pagode ou bien encore aux Cinq Caumartin.

L’immeuble YacoubianAutre œuvre marquante pour cette rentrée cinématographique 2006, « L’immeuble Yacoubian ». A l’instar du livre d’Alaa al-Aswany qui est désormais considéré comme un classique de la littérature égyptienne, le film semble être lui aussi une vraie réussite dont on aurait tort de se priver. Alors profitez de sa programmation dans la salle Louis Jouvet du Reflet Médicis pour le découvrir.

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo

août 07

Vacances d’été pour le petit cinéphile parisien…

L’occasion de se ressourcer et de revenir à la rentrée avec beaucoup de nouvelles idées dans les cartons.

A ce propos, si vous avez envi de prendre part à ce projet d’une façon ou d’une autre, n’hésitez pas à me laisser votre adresse email dans les commentaires, je serais ravi de prendre contact avec vous dès mon retour.

Je vous donne donc rendez-vous le 30 août 2006 pour une prochaine mise à jour.

Mr Vertigo

août 02
Le ParrainLa sensation de la semaine dans les salles de cinéma indépendantes acceptant la carte « Le Pass » est sans nul doute la reprise du film culte de Francis Ford Coppola à savoir « Le Parain » projeté au Max Linder. De quoi satisfaire votre âme de cinéphile alors que Sofia continue à remplir les salles parisiennes avec son excellent « Marie-Antoinette ». 

De plus, cerise sur le gâteau, le Majestic Bastille vous propose deux séances de son premier film, « The Virgin Suicides ». Entre deux séances de cinéma, il est parfois bon de se souvenir de qui elle est la fille !

Du côté des classiques et l’instar de « Leçons d’amour à l’Italienne » toujours projeté aux cinq Caumartin et à l’Elysées Lincoln marquant ainsi le retour de la comédie à l’italienne dans les salles, l’Histoire du cinéma transalpin continue à s’afficher dans la capitale. Toujours au Reflet Médicis et à la Pagode, sur le principe « 7 jours 7 films », vous pourrez réviser vos classiques italiens avec notamment « Les nouveaux monstres » du trio Ettore Scola/Mario Monicelli/Dino Risi projeté le mardi 8 août au Reflet et « La dolce Vita » de Fellini le samedi 5 août à la Pagode.

Quant à l’Histoire du cinéma français, elle n’est pas en reste cette semaine. En effet, le Reflet Médicis nous propose une belle sélection de sept films (un film différent chaque jour) revisitant cinq décennies du cinéma hexagonal avec pour les années 20, « L’Auberge rouge » de Jean Epstein, pour les années 40, « Le Dernier des six » de Georges Lacombe et « Une si jolie petite plage » d’Yves Allégret pour les années 50, « Touchez pas au grisbi » de Jacques Becker et « Le Gorille vous salue bien » de Bernard Borderie. Enfin, pour les années 60, « Les Tontons flingueurs » de Georges Lautner et « Le monte-charge » Marcel Bluwal.

Toujours du côté de la rue Champollion, le japon reste à l’honneur avec « Les Contes de la lune vague après la pluie » de Kenji Mizoguchi. Se déroulant dans le Japon du Moyen âge, ce film fut récompensé au Festival de Venise de 1953 par un lion d’argent. Aussi curieux que cela puisse paraître, le scénario se base à la fois sur deux contes extraits d’un recueil de Akinari Ueda datant du 18ème siècle et sur deux nouvelles de Guy de Maupassant. Un classique classé au rang des chefs d’œuvre !

Pour finir cette selection, si vous en avez la possibilité, ne vous privé pas de ce superbe film érotique japonais à l’esthétisme parfait et au sujet sulfureux qui répond au titre de « La Vie secrète de Madame Yoshino » que vous pouvez retrouver à l’Espace Saint Michel.

A noter également que L’Arlequin nous offre un film taïwanais s’intitulant « Love of May », que le Racine Odéon et le Balzac vous propose toujours « La Nuit des morts vivants » et que « La Raison du plus faible » de Lucas Belvaux est toujours projeté au cinéma des cinéastes.

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo