Univers fantastique, viré dans les Balkans et plus encore… A Paris et ailleurs j’aime voyager en cinéphilie…
sept 27
L’événement cinématographique de la semaine est sans nul doute la sortie très attendue du film de Rachid Bouchareb, « Indigènes ». Aux vus de la couverture médiatique dont jouit ce succès annoncé, il me semblait peu opportun sur ce blog de m’étendre sur le sujet. Je me contenterais donc de vous inviter à le découvrir soit à l’Arlequin, soit à la Pagode, soit aux Cinq Caumartin. Quant à l’autre sortie phare de la semaine dans les salles obscures, « Le Diable s’habille en Prada », aucune salle du réseau de cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass » ne projette ce film. A noter également l’absence du deuxième film d’Emmanuel Bourdieu , « Les Amitiés maléfiques » qui semble loin d’être inintéressant de par sa distribution, son sujet et les qualités de son auteur. Si ces deux films éveillent votre curiosité, n’ayez crainte, ils sont présents dans les salles des réseaux Gaumont, Pathé et Mk2 .    

Qu’avons-nous donc à découvrir du côté des cinémas indépendants avec la carte « Le Pass » ? Ni plus ni moins qu’un film argentin, un film chinois et un premier film américain à petit budget.

Un premier film c’est toujours excitant, surtout lorsqu’il s’agit d’un thriller comme « Hard Candy » traité avec les moyens du bord (18 jours de tournage et un tout petit budget). Il faut dire que David Slade sait jouer avec la caméra puisqu’il a déjà réalisé de nombreux films publicitaires dont 65 furent récompensés par des prix divers. Mais un réalisateur de pub qui passe au long métrage, ce n’est pas forcement gagné. Ceci dit le défit semble être relevé dans ce film présenté comme terriblement efficace et qui à déjà obtenu l’approbation du public dans plusieurs festivals. Interdit aux moins de 16 ans, cette confrontation entre un homme de 32 ans ayant la mauvaise idée de croiser sur Internet une gamine de 14 ans qui ne semble pas avoir envie de se laisser faire nous promet d’être extrêmement violente… Avis aux amateurs qui aiment tremblés dans des salles obscures. A voir au Miramar !

« Voiture de luxe », qui a décroché en mai dernier à Cannes le prix de la sélection « Un certain regard », vient conclure la trilogie du cinéaste chinois Wang Chao après deux opus déjà très remarqués : « L’Orphelin d’Anyang » et « Jour et nuit ». Là encore il s’agit de plonger dans la chine contemporaine faite de contradictions entre le système social hérité du passé et le poids du présent et dont l’écart entre les riches et les pauvres ne cesse de s’agrandir. Ce cinéaste qui se dit être influencé par Bresson et Antonioni nous invite donc une nouvelle fois à partager une œuvre très appliquée qui ne manquera pas de combler les amateurs du genre. A déguster à l’Elysée Lincoln ou au Racine Odéon.

« La Dignité du peuple » nous plonge dans une argentine d’aujourd’hui qui tente tant bien que mal de relever la tête après la crise de 2001 au travers d’un peuple fait de gens simple, de « laissés-pour-compte » qui se battent au quotidien. Fernando Ezequiel Solanas reste donc ce cinéaste engagé qui ne cesse ne combattre la classe dirigeante corrompue, les grands holdings et les organismes financiers qui sont pour lui à la source même des problèmes de son pays mais qui cette fois place sa caméra au cœur du peuple. Un voyage à partager au Reflet Médicis ou aux Publicis Cinémas.

Enfin, du côté des films classiques, à noter que le Reflet Médicis vous propose de (re)découvrir le très attachant Philippe de Broca loin de ses succès du Box office et ce, à travers cinq films méconnus datant des années 60 : « Un Monsieur de compagnie » ; « Le Roi de cœur » ; « L’Amant de cinq jours » ; « Le Farceur » et « Les Jeux de l’amour » son premier film. Toujours sur le même principe, vous aurez l’occasion de découvrir un film différent chaque soir.

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo



Les commentaires sont fermés.