août 02
Le ParrainLa sensation de la semaine dans les salles de cinéma indépendantes acceptant la carte « Le Pass » est sans nul doute la reprise du film culte de Francis Ford Coppola à savoir « Le Parain » projeté au Max Linder. De quoi satisfaire votre âme de cinéphile alors que Sofia continue à remplir les salles parisiennes avec son excellent « Marie-Antoinette ». 

De plus, cerise sur le gâteau, le Majestic Bastille vous propose deux séances de son premier film, « The Virgin Suicides ». Entre deux séances de cinéma, il est parfois bon de se souvenir de qui elle est la fille !

Du côté des classiques et l’instar de « Leçons d’amour à l’Italienne » toujours projeté aux cinq Caumartin et à l’Elysées Lincoln marquant ainsi le retour de la comédie à l’italienne dans les salles, l’Histoire du cinéma transalpin continue à s’afficher dans la capitale. Toujours au Reflet Médicis et à la Pagode, sur le principe « 7 jours 7 films », vous pourrez réviser vos classiques italiens avec notamment « Les nouveaux monstres » du trio Ettore Scola/Mario Monicelli/Dino Risi projeté le mardi 8 août au Reflet et « La dolce Vita » de Fellini le samedi 5 août à la Pagode.

Quant à l’Histoire du cinéma français, elle n’est pas en reste cette semaine. En effet, le Reflet Médicis nous propose une belle sélection de sept films (un film différent chaque jour) revisitant cinq décennies du cinéma hexagonal avec pour les années 20, « L’Auberge rouge » de Jean Epstein, pour les années 40, « Le Dernier des six » de Georges Lacombe et « Une si jolie petite plage » d’Yves Allégret pour les années 50, « Touchez pas au grisbi » de Jacques Becker et « Le Gorille vous salue bien » de Bernard Borderie. Enfin, pour les années 60, « Les Tontons flingueurs » de Georges Lautner et « Le monte-charge » Marcel Bluwal.

Toujours du côté de la rue Champollion, le japon reste à l’honneur avec « Les Contes de la lune vague après la pluie » de Kenji Mizoguchi. Se déroulant dans le Japon du Moyen âge, ce film fut récompensé au Festival de Venise de 1953 par un lion d’argent. Aussi curieux que cela puisse paraître, le scénario se base à la fois sur deux contes extraits d’un recueil de Akinari Ueda datant du 18ème siècle et sur deux nouvelles de Guy de Maupassant. Un classique classé au rang des chefs d’œuvre !

Pour finir cette selection, si vous en avez la possibilité, ne vous privé pas de ce superbe film érotique japonais à l’esthétisme parfait et au sujet sulfureux qui répond au titre de « La Vie secrète de Madame Yoshino » que vous pouvez retrouver à l’Espace Saint Michel.

A noter également que L’Arlequin nous offre un film taïwanais s’intitulant « Love of May », que le Racine Odéon et le Balzac vous propose toujours « La Nuit des morts vivants » et que « La Raison du plus faible » de Lucas Belvaux est toujours projeté au cinéma des cinéastes.

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo

juil 26
Cette semaine, malgré les nombreuses nouveautés de l’été estampillé « Blockbuster », les cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass » vous proposent une programmation alternative très riche en vous invitant à (re)visiter un grand nombre de classiques en reprise. Alors ne bouder pas votre plaisir de cinéphile avertis que vous êtes, j’en suis sûr… 

Du côté des nouveautés, l’Arlequin vous invite à partir très loin avec un film singapourien intitulé « 4h30 ». Signé par Royston Tan, un jeune cinéaste de 29 ans très prometteur, ce film vous emmènera à la frontière entre le nuit et le jour, une heure à laquelle beaucoup de vies basculent… Alors pourquoi ne pas se laisser tenter !

Cette semaine, du côté des reprises, c’est indiscutablement l’occasion de (re)découvrir le cinéma italien avec deux cycles de sept films. L’un proposé par le Reflet Médicis dans la salle Louis Jouvet et l’autre proposé par la Pagode.

Dans l’esprit « 7 jours, 7 films » ou plutôt « chaque jour un film différent », Le Reflet Médicis vous invite à (re)découvrir le cinéma italien du début des années 60 jusqu’au début des années 80 avec des petits bijoux signés principalement par Ettore Scola et Dino Risi.

La Pagode ne vous laisse pas en reste non plus, sept films sont également proposés avec notamment un De Sica, un Fellini et un Antonioni. Là aussi, un film différent chaque jour pour revisiter l’Histoire du cinéma italien par la grande porte !

Côté cinéma français, toujours au Reflet Médicis, à noter un Edouard Molinaro datant de 1957, « Le dos au mur », avec dans la distribution au côté de Jeanne Moreau un certain Gérard Oury… Projeté uniquement aujourd’hui mercredi toute la journée.

Les films d’horreur ont aussi leurs classiques. Le Racine Odéon et le Balzac sont là pour nous le rappeler avec « La Nuit des morts vivants » de l’incontournable George A. Romero, l’un des maîtres du genre. N’hésitez donc pas à vous amuser à vous faire peur… au frais !

Enfin, l’invitation au voyage se passe également à l’Espace Saint-Michel. Au programme : érotisme à la japonaise, heavy metal à la canadienne, et visite de l’Histoire brésilienne.

Datant de 1976, « La Vie secrète de Madame Yoshino » reste interdit au moins de 16 ans. Présenté comme l’une des expressions les plus marquantes de l’érotisme à la japonaise, cette reprise ne manquera pas de faire monter un peu plus la température ambiante de cet été.

A l’affiche de l’Espace Saint-Michel depuis le 12 juillet, la reprise d’ « Antonio Das Mortes » s’annonce comme un hommage au cinéaste brésilien Glauber Rocha disparut en août 1981 et auteur de 16 films en tant que réalisateur entre 1959 et 1980. Laissez-vous tenter.

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo

juil 19
Cette semaine, dans les cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass », notons deux sorties. Une comédie francophone qui s’annonce loufoque et une chronique dans l’Allemagne d’aujourd’hui. 

« Les Etats-Unis d’Albert » dans lequel on retrouve notamment Emilie Dequenne et Andréa Ferréol au côté d’Eric Bruneau dont c’est le premier rôle au cinéma mes en scène à la fois une féministe momorne et ses 75 soeurs, un joueur de golf érotomane en plein désert, le fantôme d’un professeur de comédie, un comédien canadien jeune et beau, un bateau ivre sur son mât. Bref tout un programme déjanté à découvrir à l’Elysée Lincoln, au Cinéma des Cinéastes et à l’Arlequin.

Du côté de l’Allemagne, après « Un été à Berlin », c’est encore une nouveauté qui nous est proposé cette semaine avec « Lucy ». Cette chronique qui se déroule au coeur de du Berlin Est d’aujourd’hui nous invite à suivre Maggie, une jeune mère célibataire de 18 ans, face à son destin. Salué par la critique et présenté au festival du film de Berlin, ce film contemporain mérite sans aucun doute le détour. A découvir à l’Elysée Lincoln.

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo

juil 12
Cette semaine, dans les cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass », deux nouveautés européennes : l’une allemande avec « Un été à Berlin » et l’autre Danoise avec « Adam’s apples ». 

un été à BerlinLa comédie allemande « Un été à Berlin » débarque sur les écrans parisiens après avoir été présentée dans de nombreux festivals récemment. Malgré des critiques plutôt mitigées, pourquoi ne pas se laisser tenter par ce film de saison ? A découvrir au Reflet Médicis, au Balzac ou encore à l’Escurial.
« Adam’s apples » est présenté comme la crème du cinéma Danois plus connu chez nous à travers Lars Von Trier. Cette comédie au scénario récompensé par Robert Festival 2006 au Danemark a également été primée au Festival International du Film Fantastique de Bruxelles où il a reçu le Grand Prix et le Prix du Public. C’est donc l’occasion de découvrir un autre cinéma de qualité au Bienvenue Montparnasse.
A noter également au Bienvenue Montparnasse la sortie du film thaïlandais « Vagues invisibles » si l’invitation au voyage vous tente… 

West Side StoryDu côté des reprises, l’incontournable « West Side Story » projeté au Max Linder. Mais aussi un Western de et avec Peter Fonda avec « L’homme sans frontière » projeté quant à lui à l’Elysees Lincoln. D’autre part, sachez que vous pourrez également (re)découvrir le film franco-italien « Un été violent » avec le jeune Jean-Louis Trintignant de l’époque dans la très belle salle du Saint Germain des près.

Enfin, au Reflet Médicis et à l’Arlequin, il y a toujours des perles à (re)découvrir avec notamment cette semaine, en vrac, un Claude Sautet avec « Classe tous risques », un Henri Verneuil avec « Une Manche et la belle » ou encore un D.W. Griffith avec « les deux Orphelines ». Bref, de quoi satisfaire les cinéphiles les plus exigeants.

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo

juil 05
Cette semaine dans les cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass », notons la sortie d’Echo Park, L.A. , mon coup de coeur du dernier festival de Cabourg que vous pourrait découvrir au Cinéma Des Cinéastes.

Vu également à Cabourg, Leçons d’amour à l’Italienne
, ce film à sketches venu tout droit de la tradition italienne est à déguster aux cinq Caumartin

Du côté des reprises, c’est « Bullitt » qui crée la sensation de la semaine. Ne boudez pas votre plaisir, n’hésitez pas à (re)découvrir au Balzac Steve McQueen et Jacqueline Bisset dans ce film décoiffant tourné en décors naturels dans les rues de San Francisco.

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo

juin 28
Cette semaine, pour profiter de votre carte « Le Pass » dans les cinémas indépendants, il faudra faire avec 16 cinémas et demi sur 19. 

En effet, la salle Louis Jouvet du Reflet Médicis et le cinéma L’Arlequin consacrent leur programmation au festival « Paris Cinéma ». La programmation de ce festival est ouverte au public mais elle n’est pas accessible avec le fameux sésame « Le Pass Mk2/Gaumont/Pathé ». Ceci dit rien ne vous empêche d’y aller faire un tour. Toutes les informations pratiques du festival sont en ligne.

Quand au cinéma du Panthéon, il ferme ses portes jusqu’au mois de décembre prochain pour cause de travaux. Si vous êtes habité à cette salle, il faudra donc être patient !

Ceci dit, le reste des salles vous accueillent toujours avec votre carte « Le Pass » en vous proposant notamment le dernier film de Robert Guédiguian, « Le Voyage en Arménie », dans lequel on retrouve Ariane Ascaride dans l’un des rôles principaux. Le dernier opus de l’œuvre de ce cinéaste marseillais très attachant est visible à La Pagode, au Balzac ainsi qu’aux cinq Caumartin.

A noté également la reprise d’un classique du cinéma japonais, « Voyage à Tokyo » de Yasujirō Ozu, tourné en 1953 mais distribué la première fois en France en 1978 ! Pour vous donner une idée de la place de ce film dans l’histoire du cinéma, sachez qu’il fut classé cinquième plus grand film de l’histoire du cinéma par la revue britannique « Sight & Sound » en 2002. Si l’idée de le (re)découvrir vous tente, rendez-vous donc au « Publicis Cinémas ». Et sachez que dans cette même salle, « Le Goût du saké », un second film de Yasujirō Ozu, sera projeté samedi à 11h du matin. Avis au amateur du genre.

Enfin, sachez que le Max Linder vous propose toujours le thriller de Michelangelo Antonioni, « Profession : reporter ».

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo

juin 21
Cette semaine dans les cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass », entre « Paris, je t’aime » et « Profession : reporter », mon cœur balance. 

The PassengerEn décalage avec l’actualité cinématographique du moment, c’est un très beau cadeau qui est offert aux cinéphiles avec la reprise sur le plan national de « Profession : reporter ».

Huit ans après sa palme d’or pour « Blow up », Antonioni revient en 1975 à Cannes avec ce thriller qui réunis Jack Nicholson et Maria Schneider qui trois ans auparavant était à l’affiche du « Dernier Tango à Paris ».

Un petit bijou à déguster au Max Linder Panorama.

41 ans après « Paris vu par… » qui réunissait six jeunes cinéastes de l’époque parmi lesquels Éric Rohmer, Jean-Luc Godard et Claude Chabrol autour de six court métrages sur Paris, « Paris, je t’aime » débarque enfin sur les écrans en sortie nationale après avoir fait tant parlé de lui au dernier festival de Cannes.

Pour vous rappeler le principe de ce film, vingt réalisateurs ont été contactés pour réaliser vingt courts métrages sur les vingt arrondissements de Paris. Résultat des courses, dix-huit courts métrages seulement composent la version présentée au grand public ! Où sont passés les deux derniers ? Un conflit d’intérêt entre les deux producteurs du projet (Emmanuel Benbihy et Claudie Ossard) aura fini par écarter Christoffer Boe et Raphaël Nadjari respectivement auteurs des court métrages du 15ème et du 11ème arrondissement… Le résultat final ne fait visiblement pas l’unanimité. J’attends de voir pour juger ! Le film est projeté dans 3 salles : au Cinq Caumartin, au Cinéma Des Cinéastes, ainsi qu’au Saint-Germain-des-Prés.

Quand au Reflet Médicis, il continue à vous offrir son lot de classiques avec toujours la possibilité de (re)découvrir « Règlement de comptes à O.K. Corral » tous les jours de la semaine, mais aussi, toute la journée de vendredi, un David Lean de 1954 : « Chaussure a son pied », samedi toute la journée, « To be or not to be » d’Ernst Lubitsch rebaptisé « Jeux dangereux » en français ou encore ce mercredi, « Fantôme à vendre », un film de 1935 de René Clair.

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo

juin 14
Cette semaine dans les cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass », ce sont deux films japonais qui aiguiseront sans doute votre curiosité. Assez rare pour le noter, cette double actualité nipponne est peut-être l’occasion de se laisser emmener très loin avec au programme, une comédie et un drame. 

Kamikaze GirlsPour ce qui est de la comédie, « Kamikaze Girls » vous est proposé à l’Arlequin, à l’Elysée Lincoln mais aussi au Max Linder. Cette adaptation d’un célèbre roman japonais destiné aux adolescents reprend l’esthétisme du « Manga » pour un film qui semble être assez déjanté… « Studio Magazine » a aimé, « Première » pas vraiment. Avis donc au amateur !
BashingDans un genre bien plus sérieux, « Bashing », que vous pouvez découvrir au Racine Odéon ou au Bienvenue Montparnasse, est issu de la sélection cannoise de 2005. Ce film est basé sur des faits réels et raconte l’histoire d’une jeune volontaire japonaise prise en otage en Irak puis libéré… Histoire se plonger dans l’actualité brûlante !

Côté films classiques, comme à l’accoutumer, Le Reflet Médicis vous offre de belles opportunités. Toujours l’opportunité de (re)découvrir « Règlement de comptes à O.K. Corral » mais également « To be or not to be » d’Ernst Lubitsch rebaptisé « Jeux dangereux » en français , un David Lean de 1954 : « Chaussure a son pied » ou encore « Fantôme à vendre », un film de 1935 de René Clair pour seulement trois séances vendredi.

A noter que le Majestic Bastille vous propose une belle sélection de films tel que « Ray », « Du Mali au Mississippi », documentaire réalisé par Martin Scorsese ou encore « Mo’ better blues » de Spike Lee. Je vous laisse le soin de faire le lien entre tous ces films…

Du côté du 13ème arrondissement, vous ne serez pas en reste puisse que l’Escurial projette une belle brochette de classiques à l’italienne parmi lesquels un Ettore Scola et un Fellini !

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

juin 07

Cette semaine dans les cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass », ce sont deux classiques qui feront sans aucun doute la joie des cinéphiles.

 Règlement de comptes à O.K. Corral Le Reflet Médicis, de son côté vous invite à (re)découvrir tous les jours dans la « salle Louis Jouvet » le grand Western de John Sturges : « Règlement de comptes à O.K. Corral », avec dans les rôles principaux Burt Lancaster et Kirk Douglas interprétant respectivement Wyatt Earp et Doc Holliday. De quoi vous régaler !

La Rose pourpre du CaireLe Max Linder vous invite, quand à lui, à (re)découvrir mardi 13 juin à 20h00 « La Rose pourpre du Caire » de Woody Allen avec notamment Mia Farrow et Jeff Daniels. 20 ans après sa sortie en salle, il ne fait aucun doute que se film vous fera toujours rêver. Alors, un film de cette qualité dans cette superbe salle parisienne, il y a parfois des séances à ne manquer sous aucun pretéxte !

Quand au traditionnel « film classique du dimanche matin » à consommer avant ou après le brunch, à noter « Charlot au parc » de Charlie Chaplin à 11h00 au Balzac.

Et si l’envie de voyager loin vous tente, l’Espace Saint-Michel vous propose toujours « L’Oeil des zapatistes ».

On notera également deux sortie françaises : « La Maison du bonheur » le premier film de Dany Boon et « Le Passager de l’été » de Florence Moncorgé-Gabin avec Catherine Frot. Tous deux, projetés aux Cinq Caumartin. Avis aux amateurs !

Enfin pour ceux qui aiment avoir peur au cinéma, laissez-vous tenter par « Isolation » de Billy O’Brien en VO au Max Linder et en VF au Miramar. A noter l’absence de « la Malédiction » dans cette sélection de cinémas. Mais vous trouverez une salle Pathé, Gaumont ou Mk2 pour vous satisfaire !

On sent que l’été arrive avec d’un côté son lot de film de genre et de l’autre de très belle reprises… Je vous laisse le choix des armes.

Bonne semaine dans les salles obscures. N’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo

 

mai 31
Cette semaine, dans les cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass », c’est toujours l’actualité Cannoise qui domine ! 

 L'affiche Un Certain Regard 2006

Vous pourrez découvrir l’ensemble de la section parallèle du festival de Cannes « Un Certain Regard » au Reflet Médicis. 24 films au total parmis lesquels le très attendu « Paris, je t’aime » projeté vendredi à 14h00 et samedi à 19h45. Mais également les films primés tel que « Voiture de luxe » de Wang Chao.

 

 L'affiche de La Quinzaine des Réalisateur 2006Quand à l’autre section paralléle, « La Quinzaine des Réalisateurs », vous pourrez découvrir la selection 2006 au Cinéma des Cinéastes avec notamment les films primés :
« Anche libero va bene » de Kim Rossi Stuar qui a obtenu le prix « Art et Essai » et « Day Night, Day Night » de Julia Loktev qui a obtenu le prix « Regard jeune ».

Côté « séances du dimanche matin », (re)découvrez « Les Chevaliers de la table ronde » de Richard Thorpe au Cinéma du Panthéon ainsi que « Les Noces funèbres » de Tim Burton et le « Van Gogh » de Maurice Pialat projetés à L’Arlequin.

Enfin mardi soir, deux incontournables à déguster sur grand écran : « Miller’s crossing » des frères Coen et « Reservoir dogs » de Quentin Tarantino au Majestic Bastille.

Pour le reste, je vous laisse consulter la programmation complète des cinémas indépendants acceptant la carte « Le Pass ».

Bonne semaine dans les salles obscures… Et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Mr Vertigo